01
Juil-2014

Agora Partnerships et NESst, deux incubateurs pour l’Amérique Latine – Managua, Nicaragua et Lima, Pérou.

Lors de nos recherches de rendez-vous sur internet, nous nous sommes aperçus de l’existence de plusieurs organismes visant à aider des entreprises et projets pour qu’ils volent ensuite de leurs propres ailes. Nous avions entendu parler davantage de ce type d’organisations de la part de Maria Rodriguez, directrice de Byo Earth, qui a elle-même bénéficié de l’aide d’Agora Partnerships. Il nous fallait rencontrer l’organisation lors de notre passage à Managua pour en savoir plus sur leurs programmes. Nous avons par la suite rencontré l’équipe de NESst au Pérou pour avoir une vision plus large sur les incubateurs ainsi que pour connaître d’autres projets dans les environs.

35227Nicaragua_Agora_logo

Un incubateur, QUESAKO ?

D’une manière générale, un incubateur est un processus créé par une entreprise ou organisation offrant du conseil permettant le décollage, le redressement ou la pérennité d’un business de par des notions de management, de finance et autres. Il existe plusieurs types d’incubateurs dont leurs particularités sont leur liaison à un secteur particulier et/ou la défense d’une cause. Agora privilégiera par exemple les projets en rapport avec l’environnement et le travail des femmes tandis que NESst (Nonprofit Enterprise and Self-sustainability Team) en faveur des organisations sociales pour les populations rurales.

Comment fonctionne un incubateur ?

1000893_585923571429697_864869172_nGlobalement, on retrouve l’idée de programme d’incubation, c’est à dire une période sur laquelle on va recevoir de l’aide avec différentes formations opérationnelles sur la gestion d’entreprise. Cette période peut être plus ou moins longue et donc condensée selon les organisations. Agora Partnerships par exemple nous a présenté son programme « accélérateur » délivrant une formation en une semaine avec par exemple le premier jour, un module sur le leadership, le second sur l’investissement, le troisième sur le développement du business model, jusqu’à donner un certain nombre de clés pour la réussite de l’entreprise et de son projet. À la fin de chaque formation, les entrepreneurs sont mis en relation avec plusieurs investisseurs devant lesquels ils doivent se présenter et les convaincre de leur offrir un support. Souvent, l’organisation servira de traducteur entre les investisseurs et les entrepreneurs afin que les deux s’accordent correctement. Les investisseurs se commissionneront uniquement dans le cas où l’entrepreneur tire des bénéfices. L’objectif final du programme est de permettre aux entrepreneurs sociaux d’être totalement indépendants, bien qu’un suivi de l’évolution du projet s’impose de temps à autre.

Qui est éligible pour recevoir une telle formation ?

Encore une fois, chaque organisation délivrant un programme d’incubation à ses propres critères. Cependant, ce type de programme est victime de son succès et les organisations doivent sélectionner les entrepreneurs qu’ils désirent aider parmi parfois une centaine de candidatures, pour souvent une petite dizaine de places. Les incubateurs se doivent de conserver un petit nombre d’entrepreneurs afin de dispenser une formation plus performante et de conserver un réel suivi des projets. En effet, une certaine proximité est exigée entre les entrepreneurs et l’incubateur, c’est pourquoi Agora Partnerships possède trois bureaux, à Washington (siège), Mexico et au Nicaragua. Nous remarquons un frein également concernant l’accès à la formation, qui est généralement payant. Pour Agora par exemple, les participants doivent en théorie verser la somme de 5000 $ dont ils ne payent souvent que la moitié. Par ailleurs, ils réalisent la plupart du temps des campagnes de crowfounding (collecte ouverte sur internet) pour trouver des fonds. Cette histoire de fonds est d’ailleurs ce qui bloque les incubateurs dans leur développement, car ils souhaiteraient pour la majorité d’entre eux être capables de soutenir davantage d’entrepreneurs sociaux. Les organisations proposant ce type de programme fonctionnent elles même à l’aide de donations d’entreprises du secteur privé ou encore pour NESsT au Pérou grâce au soutien de la fondation Lemelson.

Les incubateurs dans les pays en développement, vecteurs de changement

L’impact économique et social des incubateurs est généralement doublement positif. De leurs programmes fleurissent de nombreux projets en faveur du développement durable, bien que majoritairement sur l’aspect social. Ces entrepreneurs apportent à une communauté (souvent leur propre communauté) des bénéfices économiques et sociaux aidant au développement de la région. Les organisations telles qu’Agora Partnerships et NESst jouent alors un rôle décisif dans les pays où ils sont actifs, dont résulte une influence favorable et réelle sur une multitude de communautés.


1888488_699311840090869_411108471_n

0

 goûts / 0 Commentaires
Partager cet article:

Archives

> <
Jan Feb Mar Apr May Jun Jul Aug Sep Oct Nov Dec