01
Juil-2014

ANIA, une approche éducative ludique et participative – Lima, Pérou

IMG_20140625_071501Après quelques recherches de programmes éducatifs en faveur du développement durable à Lima, une organisation en particulier a retenu notre attention. Quelques emails plus tard, nous avions rendez-vous au siège de ANIA dans le quartier très coloré de Barranco à Lima. Au fil de notre interview, nous sommes tombés sous le charme de cette organisation de 4 personnes, née il y a 15 ans dans un contexte où l’éducation environnementale était totalement délaissée au Pérou. Son créateur, Joaquin, est à l’origine ingénieur dans la gestion des forêts, ayant lui-même grandi dans une zone forestière. C’est en comparant l’éducation en ville avec celle dispensée en milieu rural qu’il eut l’idée de créer le désormais célèbre projet TiNi.

TiNi, un espace propre à chaque enfant pour découvrir la nature et s’épanouir

L’idée du projet Tierra de Ninos, est que chaque enfant au Pérou dispose d’un endroit où s’occuper de plantes ou fleurs qu’il aura lui même choisit. Ainsi, le concept est que chacun des enfants est soit 1m² chez lui, à l’école, dans la forêt ou alors 3 pots de fleurs s’il vit en appartement. L’objectif est d’avoir trois fleurs ou plantes dont une est pour soi, une autre pour ses amis ou sa famille et une dernière pour la nature. Les enfants choisiront des plantes en fonction de leurs envies, le but étant qu’ils s’occupent du cycle de vie d’une plante dont ils apprécient les bienfaits. Par exemple, un enfant aimant la pizza recevra des graines d’épices, les fera pousser pour ensuite les récolter et enfin les voir dans son assiette. Ce même enfant sait que sa mère ou sa grand-mère par exemple adore une espèce de fleur, il en fera pousser dans son deuxième pot afin de l’offrir et d’apprendre le partage. Son troisième pot étant destiné à la nature, il choisira de par ses connaissances, une plante attirant les abeilles, papillons ou colibris afin de rendre service à l’environnement. Les enfants étant seulement dans leurs écoles pour quelques années, les plantes se doivent d’avoir un cycle de vie relativement court. L’organisation communique donc sur la nécessité d’avoir un espace vert et l’importance de celui-ci dans l’éducation environnementale.

IMG_20140625_064508    IMG_20140625_064620

Avant                –               Après
 
 

Une manière de communiquer et d’enseigner adéquate

Il est souvent difficile d’apprendre aux enfants les enjeux du développement durable de par la complexité du changement climatique et de ses effets. En plus de se mettre correctement à leurs niveaux, ANIA arrive à les engager et les motiver, ce qui représente un défi colossal ! Pour ce faire, les membres de l’organisation ne manquent pas de créativité, en proposant divers outils pour le plaisir de leur (très jeune) audience.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Tout d’abord un livre explicatif sous forme de bande dessinée à vue le jour, racontant toute une histoire sur comment créer son espace vert et s’en occuper.
Les enfants reçoivent ensuite une peluche du ou de l’héroïne du livre explicatif afin de les regarder et les accompagner dans leurs espaces verts.
Plus récemment un DVD a vu le jour avec de véritables dessins animés (en partenariat avec un dessinateur de Disney) reprenant les acteurs principaux de la bande dessinée. Le but étant de les mettre en scène s’occupant de leurs espaces verts avec beaucoup de messages et d’informations sur la protection de l’environnement et des valeurs telles que le partage.

Viennent avec le DVD, toutes les figurines des personnages pour que les enfants puissent jouer et décorer leurs espaces verts. Pour visionner plus de vidéos, cliquez ici !

C’est alors un véritable pack que les enfants reçoivent pour créer leurs espaces selon leurs propres connaissances et leurs envies. Cependant, ces outils ne sont pas seulement à destination des enfants, en effet l’organisation a également pensée au personnel éducatif. Celui-ci se voit remettre un livre sur la méthodologie du projet afin de guider leurs élèves dans leurs démarches vertes. Un ambassadeur de l’association rend ensuite visite aux écoles pour répondre aux questions sur la méthodologie et assurer la bonne mise en place du projet pour que chaque enfant passe au minimum 1h par semaine dans son espace. Ces ambassadeurs le deviennent après une semaine de formation auprès d’ANIA, et sont pour la plupart des parents, des anciens élèves ou encore des personnes engagées dans le développement durable du Pérou.

Un programme au rayonnement national et international

IMG_20140625_064715ANIA fonctionne pour le moment avec l’aide financière de beaucoup de partenaires, avec laquelle ils tentent d’implanter le programme TiNi dans un maximum d’écoles publiques au Pérou (sachant que les écoles privées financent elles-mêmes le projet). Depuis le début 2014, le ministère de l’éducation péruvien soutient également de pied ferme le programme avec la diffusion de la bande dessinée pour combler 6 millions d’enfants sur tout le territoire. Autant dire que le programme est une véritable réussite, qui verra certainement naître une génération de jardinier en herbe d’ici peu ! Le programme ne s’arrête pas aux frontières du Pérou avec déjà plusieurs partenariats en Amérique latine, au Canada, au Japon et en Inde !

L’âge, une force qui devient ensuite une limite

Anyela, notre interlocutrice lors de l’interview, nous avoue que le programme admet quelques limites, notamment au niveau de l’obsolescence en terme de motivation lorsque les enfants grandissent. Jusqu’à 12 ans, ANIA arrive parfaitement à les captiver, mais ensuite d’autres priorités intéressent les élèvent. C’est sur quoi l’organisation travaille en ce moment, de nouveaux outils évolutifs. Ils ont eu l’idée par exemple de créer une carte de membre donnant accès à plusieurs cabanes en bois afin de se réunir entre copains. L’organisation travaille aussi sur un livre explicatif, dans le but donner des clés pour créer cette fois-ci un espace vert pour jouer entre copains ou encore faire ses devoirs en plein air.
L’équipe d’ANIA est bien consciente qu’il est difficile d’encadrer ces jeunes pousses éternellement, mais même lorsque les enfants n’ont plus d’intérêt pour le programme, ils en garderont toujours des souvenirs. Un des premiers bénéficiaires de TiNi est d’ailleurs devenu ambassadeur ANIA 10 ans après avoir créé lui même son propre espace vert ! Ce qui prouve bel et bien l’efficacité du travail de l’organisation.

Une organisation qui ne manque pas d’idées

Nombreux sont les projets sur lesquels l’organisation travaille en parallèle de TiNi. Le projet NINJA consiste par exemple à créer un réseau connectant tous les groupes environnementaux du Pérou afin de travailler main dans la main. Le but ultime du projet étant de créer des connexions à l’échelle mondiale (à bon entendeur).

ANIA tente également d’élargir sa cible aux entreprises en proposant d’autres types d’outils sous forme de label. Pour le moment non officiel, ce label comprendrait un ensemble de critères concernant des bonnes pratiques à mettre en place dans une structure telle qu’une entreprise, un établissement scolaire ou plus simplement sa propre maison.

Une organisation tout simplement bluffante

En nous rendant à ce rendez-vous, nous étions loin d’imaginer à quel point toutes les informations que nous a livrées ANIA seraient enrichissantes. L’organisation sait parfaitement s’adapter aux besoins du Pérou concernant l’éducation environnementale en créant des outils toujours plus innovants. Nous serions volontiers retournés en enfance pour avoir la chance de vivre l’expérience que propose ANIA aux enfants péruviens.

 

1

 goûts / 0 Commentaires
Partager cet article:

Archives

> <
Jan Feb Mar Apr May Jun Jul Aug Sep Oct Nov Dec