21
Mar-2014

Byo Earth, quand les vers de terre font des miracles – Guatemala City, Guatemala


OLYMPUS DIGITAL CAMERANous avions reçu un bon nombre d’avis négatifs quant à la ville de Guatemala et ses dangers. C’est pourquoi nous ne voulions pas trop nous y attarder, mais il fallait cependant rencontrer Maria Rodriguez, la créatrice directrice de Byo Earth. Le déplacement valait la peine puisque nous n’y avons pas seulement rencontré une entreprise intéressante, mais aussi une personnalité ! C’est en échangeant avec un professeur de son université au sujet de la vermiculture que Maria eut l’idée de lancer son entreprise. Sa famille est propriétaire d’une culture de café au Guatemala, elle eut alors l’idée d’utiliser les déchets issus de la production pour fonder, en 2007, Byo Earth. Son business plan a remporté un concours national, ce qui lui a permis de réunir le capital nécessaire à la création de l’entreprise.

100 % organique

imagen-manos-con-abonoC’est ainsi que se résume la vermiculture. En effet le principe est simple, c’est la transformation de déchets organiques en engrais, par le biais de vers de terre. En quelque sorte une manière de valoriser ses déchets organiques, papiers, cartons, etc., en créant un engrais naturel et efficace. Les différences avec le compostage tel que l’on connait sont nombreuses ! Tout d’abord, la vermiculture nécessite moins d’espace, car le procédé est plus rapide que le compostage, de plus il n’y a pas de mauvaises odeurs à proximité des déchets organiques donc vous pouvez très bien imaginer votre compost à l’intérieur de votre maison. Quel luxe de ne pas devoir sortir ses déchets verts au bout du jardin ! Le procédé créer un liquide appelé « thé de vers », qui est un pesticide et un engrais naturel.

Oublier donc vos produits chimiques coûteux, vous n’aurez besoin que de 10 minutes d’entretien par semaine pour avoir jardin, fleurs et potager en pleine santé ! Vous êtes presque prêts, maintenant il vous faut acheter vos vers, il existe 6 espèces commerciales, mais la plus utilisée est le ver Eisenia. Quasiment chaque région du globe à sa propre espèce capable de transformer les déchets organiques en compost. Mais attention, ça ne s’achète pas à l’unité, mais au kilogramme et il en faut tout de même un paquet. Pour lancer son activité par exemple, Maria a acheté environ un demi-million de vers, c’est pourquoi c’est plus simple de compter en kilo ! Désormais elle ne les compte plus (car ceux-ci se reproduisent très vite) et les vend en plus de son activité à environ 10 €/kilo.

Une large gamme de produits pour séduire une plus large clientèle

De même, les produits et services de Byo Earth sont nombreux et originaux. Il est possible d’acheter votre engrais naturel sous plusieurs formes dont la plus simple reste le sac de terreau. Maria vend également son engrais sous forme de boules d’engrais dans laquelle il suffit d’y mettre votre graine. Vous possédez quelques fleurs et plantes à arroser, là encore Byo Earth a créé un produit adapté sous forme de petits sachets de thé. Chaque sachet se dilue dans un litre d’eau, avant d’être versé sur vos plantes. L’originalité de Byo Earth, c’est son marketing. En effet il est rare de trouver une gamme d’engrais avec un réel concept, un marketing mix pertinent avec par exemple un packaging créatif.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Grâce à cela, l’entreprise séduit ses clients, qu’il soit particuliers, fermiers ou autres. L’entreprise commercialise également des boîtes contenant des vers, des kits de drainage et respiration puis les instructions pour commencer à fabriquer son propre engrais !

Une entreprise au service de la communauté

OLYMPUS DIGITAL CAMERAPour produire son engrais, Byo Earth fait encore preuve d’ingéniosité en faisant travailler les communautés rurales. Maria et son équipe aident particulièrement les femmes en les formant sur la fabrication de l’engrais et des différents packagings pour ensuite leur acheter leur production. En plus de leur donner du travail, l’entreprise forme les populations locales à l’utilisation de ce produit en rapport avec la protection de l’environnement et la santé. En effet les gens ont davantage confiance dans les produits chimiques, qui sont parfois même offerts par le gouvernement ! Un véritable combat donc pour l’équipe de Byo Earth pour changer l’état d’esprit des gens vis-à-vis des engrais chimiques, mais avec plus de 2000 personnes formées déjà le bilan est encourageant. De plus, leurs produits coûtent en moyenne 50 % moins cher que les produits chimiques (quand les gens ne se le font pas offrir…). Ce prix très compétitif est le résultat d’une chaine de production efficace, avec la récupération à titre gratuit de leur matière première (déchets verts) auprès de grosses entreprises telles que Pepsi, avec laquelle ils obtiennent environ 11 tonnes de déchets par semaine !

Un avenir synonyme d’expansion

Sur son marché, Byo Earth compte environ quatre concurrents, mais comme nous l’explique Maria, ce n’est pas réellement de la concurrence, car le marché est immense au Guatemala et en Amérique Centrale. C’est pourquoi l’entreprise a la volonté de se développer dans les années à venir avec une force de production plus importante et une gamme de produits toujours plus originale ! L’équipe recherche actuellement des partenaires pour les aider à se développer sur l’ensemble du pays. De plus, il existe paradoxalement un programme du gouvernement pour développer l’agriculture organique en encourageant ce genre de pratiques.

La valorisation des déchets, une mesure indispensable

Valoriser ses déchets organiques… on n’invente rien en soi, même si avant l’ère du plastique on ne se posait pas la question à vrai dire. En somme ce n’est pas quelque chose de compliqué et cela apporte de nombreux bénéfices ! La vermiculture est un moyen parmi des centaines, mais celui-ci en particulier fait preuve d’une grande efficacité et d’une facilité d’utilisation hors du commun.

0

 goûts / 0 Commentaires
Partager cet article:

Archives

> <
Jan Feb Mar Apr May Jun Jul Aug Sep Oct Nov Dec