Archives de catégorie : "Gestion des déchets"

Jeune entrepreneur australien, Phillipe Christodoulou nous a ouvert les portes de sa première laverie, installée à Buenos Aires. Désirant œuvrer activement contre le phénomène du réchauffement climatique, c’est à travers une chaîne de laveries écologiques qu’il a décidé de faire passer son message. Un simple commerce qui en réalité cache un véritable vecteur pour promouvoir efficacement les principes du développement durable. Une vraie réussite ! Une reconversion pour enfin pouvoir agir en faveur de l’écologie En 2008, Phillipe travaillait encore dans une banque d’investissement londonienne. Déjà, il tentait comme il pouvait de faire passer un message, celui de la lutte contre le réchauffement climatique. Certains l’ont pris pour un fou, la veille des vacances de Noël, lorsqu’il a offert à chaque membre de son équipe une ampoule basse consommation pour remplacer les ampoules à incandescence qui équipaient à l’époque les bureaux où il travaillait. Une façon bien à lui d’œuvrer…

Lire la suite

Fraîchement arrivés à Lima depuis le Costa Rica, nous avons été surpris par ce qui se trouvait devant nos yeux depuis notre balcon du 20ème étage. Des maisons et immeubles à perte de vue, un ciel gris (c’est ainsi tout l’hiver), l’océan Pacifique au loin. Et sur notre gauche, à l’horizon, nous distinguons des collines arides, dépourvues de toute végétation, remplies d’habitations précaires en briques, en terre et en tôle. Après quelques recherches sur le web, nous tombons sur X-Runner, une start-up proposant aux habitants de ces quartiers de véritables toilettes pour, entre autres, réduire leurs problèmes sanitaires. Une rencontre qui valait le détour ! Un manque d’hygiène évident Dans ces quartiers défavorisés de la capitale, où logent les personnes les plus pauvres de la ville qui descendent chaque jour travailler dans le centre, l’eau potable est une denrée rare. Le climat de la capitale est en effet subtropical désertique,…

Lire la suite

Au sud du Nicaragua se trouve le lac Nicaragua, un des plus grands de la planète. Sur celui-ci se trouve l’île d’Ometepe, une île qui sort de l’ordinaire, puisqu’elle est composée de deux volcans cotes à cotes, formant ainsi une île en forme de « 8 ». C’est dans un petit village au sud d’Ometepe, que nous avons eu la chance de pouvoir rencontrer Alvaro Molina, le patron d’Hacienda Merida, un lodge servant également de point de départ à un projet extraordinaire : construire à moindre coût une école pour les enfants des habitants des alentours à partir des déchets de l’île. Une belle initiative qui permet de résoudre en partie le problème des déchets de l’île non évacués. L’aspect social : favoriser l’emploi de locaux au détriment des étrangers volontaires Il y a 14 ans, Alvaro, l’actuel patron que nous avons rencontré, a monté sur l’île d’Ometepe un lodge pour toutes…

Lire la suite

Nous avions reçu un bon nombre d’avis négatifs quant à la ville de Guatemala et ses dangers. C’est pourquoi nous ne voulions pas trop nous y attarder, mais il fallait cependant rencontrer Maria Rodriguez, la créatrice directrice de Byo Earth. Le déplacement valait la peine puisque nous n’y avons pas seulement rencontré une entreprise intéressante, mais aussi une personnalité ! C’est en échangeant avec un professeur de son université au sujet de la vermiculture que Maria eut l’idée de lancer son entreprise. Sa famille est propriétaire d’une culture de café au Guatemala, elle eut alors l’idée d’utiliser les déchets issus de la production pour fonder, en 2007, Byo Earth. Son business plan a remporté un concours national, ce qui lui a permis de réunir le capital nécessaire à la création de l’entreprise. 100 % organique C’est ainsi que se résume la vermiculture. En effet le principe est simple, c’est la…

Lire la suite

Lors de notre passage à Chiang Mai, au nord de la Thaïlande, nous sommes allés visiter un lieu plutôt inhabituel pour notre étude : un zoo. Nous avons eu la chance de pouvoir rencontrer le responsable des pandas de ce zoo. Plutôt occupé en ce moment à cause de la naissance très prochaine d’un nouveau panda, qui serais le troisième du zoo, il nous a accordé une petite interview sur une solution surprenante : récupérer les excréments produits quotidiennement par les pandas du zoo pour la transformer en … papier ! Mais pourquoi spécialement les pandas ? Un panda adulte mange environ 20 kg de bambou par jour, plus quelques pommes et carottes. Il ne conserve que peu de fibres à l’intérieur de son corps lors de la digestion. Ceci permet à ces excréments d’être très riche en fibre. Cette texture particulière produite par les mangeurs de bambous permet de…

Lire la suite

Cela fait très longtemps que l’idée de cours sur le développement durable (DD) dès l’école maternelle et primaire nous trottait dans la tête. Apprendre aux tout petits, dès l’âge où ils découvrent le milieu dans lequel ils vont grandir, comment le préserver durablement, comment leur vie peut avoir un impact positif sur celui-ci. Nous avons enfin trouvé notre bonheur, et même plus que ce que nous attendions. En effet, Panyaden School ne se contente pas de dispenser un cours ou deux sur le principe du DD. Son programme entier est basé sur ce principe, en y ajoutant une touche de philosophie bouddhiste, une ouverture sur le monde via un apprentissage de deux langues, sans pour autant mettre de côté les fondamentaux que sont les mathématiques et les sciences, entre autres. Pour résumer la philosophie de l’école : La vie est plus profonde et plus riche que simplement travailler dans le…

Lire la suite

Dans un contexte de développement massif du tourisme lié au trek, KEEP est une ONG népalaise, qui depuis 1992 travaille sur la protection de l’écosystème et sur la conservation de l’héritage culturel du Népal. L’ONG est la seule organisation qui à l’échelle du Népal peut agir sur l’industrie du tourisme au niveau politique. Une volonté de faire bouger les choses Depuis 20 ans, ils mettent en place chaque année plusieurs programmes dans le but de cadrer leurs actions. Leur principale mission est d’éduquer les touristes, les populations locales et les professionnels au tourisme durable. Leurs programmes découlent donc de ces 3 cibles. Pour les touristes, un centre d’information a été créé pour dispenser des cours sur la préservation de l’environnement. L’accent est mis sur la réduction des déchets, en effet le Népal compte environ 700 000 trekkers par an et la consommation de bouteilles plastiques équivaut à 4 bouteilles/jour/personne. De…

Lire la suite

L’Annapurna éco-village est né il y a 6 ans dans le village d’Astam proche de Pokhara au Népal, perché sur le haut d’une colline à 1600 mètres d’altitude. C’est Maladi qui nous a accueillis très gentiment et fait faire la visite de son lodge pas comme les autres. Elle et son mari ont décidé de donner une dimension plus écologique à leur lodge afin de lutter contre le superflu de déchets que le tourisme apportait dans ce bel environnement qu’offre le massif des Annapurnas. Depuis, ils mettent en place petit à petit plusieurs solutions qu’ils développent la plupart du temps seuls, mais qui contribue à rendre leur lodge le plus propre possible. Petit tour des installations L’Annapurna éco-village comprend un ensemble de petites solutions simples, mais efficaces. Premièrement, ils récupèrent les déchets organiques et les excréments humains pour créer du bio-gaz. Ce procédé est simple : les toilettes, ainsi que…

Lire la suite

L’Inde et ses déchets, un constat accablant. Le système de gestion des déchets en Inde est très désordonné et ne suit pas la croissance démographique exponentielle du pays. De plus en plus d’habitants et de plus en plus de déchets. Les gens ont pris l’habitude en Inde de jeter leurs déchets ménagers dans la rue créant ainsi un danger sanitaire sans précédent. C’est de ce constat alarmant que le Docteur Vivek S. Agrawal a eu l’idée de créer une structure permettant le ramassage des déchets pour améliorer les conditions sanitaires. « Plutôt que de soigner les gens, il est préférable de prendre le problème à la source » nous confie le docteur lors de notre rencontre. L’organisation d’une collecte des déchets, une mise en place dans le temps. Le principe est simple, c’est l’organisation d’une collecte porte-à-porte des déchets ménagers contre rémunération. Cette collecte se fait à l’aide d’un agent, un «Swachta…

Lire la suite

9/9