Archives de catégorie : "Gestion de l’eau"

Jeune entrepreneur australien, Phillipe Christodoulou nous a ouvert les portes de sa première laverie, installée à Buenos Aires. Désirant œuvrer activement contre le phénomène du réchauffement climatique, c’est à travers une chaîne de laveries écologiques qu’il a décidé de faire passer son message. Un simple commerce qui en réalité cache un véritable vecteur pour promouvoir efficacement les principes du développement durable. Une vraie réussite ! Une reconversion pour enfin pouvoir agir en faveur de l’écologie En 2008, Phillipe travaillait encore dans une banque d’investissement londonienne. Déjà, il tentait comme il pouvait de faire passer un message, celui de la lutte contre le réchauffement climatique. Certains l’ont pris pour un fou, la veille des vacances de Noël, lorsqu’il a offert à chaque membre de son équipe une ampoule basse consommation pour remplacer les ampoules à incandescence qui équipaient à l’époque les bureaux où il travaillait. Une façon bien à lui d’œuvrer…

Lire la suite

Pour une superficie d’environ 2 fois la France, la Bolivie compte seulement un peu plus de 10 millions d’habitants. En résulte donc une population rurale importante, vivant parfois en totale autarcie. C’est de ce constat que l’ONG Practical Action basée au Royaume-Uni a décidé d’ouvrir d’abord un bureau au Pérou puis en 1999 un second en Bolivie. C’est donc à La Paz que nous avons eu le plaisir de rencontrer Victor H. Yapu Flores, directeur de ce bureau employant 32 personnes. En 2007, l’organisation a même reçu la reconnaissance du gouvernement vis-à-vis de leurs actions dans tout le pays. Une multitude de projets ayant le même objectif : Aider la population Soluciones Practicas compte en effet une quantité énorme de projets allant de la gestion de zone forestière, à l’agriculture jusqu’à l’aide aux personnes en dispensant des cours de premiers secours aux victimes. La grande majorité de ces projets a…

Lire la suite

Nous avons eu l’immense plaisir de rencontrer Tery, un américain expatrié au Costa Rica depuis un bon nombre d’années, dans son repère de bricoleur perdu quelque part au nord-ouest du Costa Rica. Comme l’indique sa carte de visite, Tery « fait disparaitre les problèmes de plomberie, d’électricité, réalise des installations neuves ou d’occasions, et travail la soudure ». Après s’être entretenu avec lui durant quelques heures, on découvre en lui un véritable génie en effet capable de trouver une solution à tous vos problèmes, et même à vos envies un peu folles ! Un produit low-tech Le principe de chauffe-eau à l’aide de l’énergie tirée des rayons du soleil, aussi connu sous le nom de capteur solaire thermique, n’a rien de révolutionnaire en soi. Alors pourquoi avons-nous fait 10 heures d’auto-stop pour venir rencontrer ce spécimen ? Même si les principes de la physique que Tery utilise pour faire fonctionner ses chauffes-eau…

Lire la suite

Lors de notre passage au Cambodge nous avons constaté d’innombrables resorts* avec la mention « éco ». Nous avions besoin d’en savoir plus sur l’écotourisme dans la région et découvrir ce qui se cachait réellement dernière cette fameuse mention. Après plusieurs recherches, nous étions étonnés de la facilité de prétendre au titre d’eco-resort, mais nous avons finalement trouvé ce petit paradis sur l’île de Koh Totang. Nous sommes donc rentrés en contact avec Arianne et Karim, un couple de français à l’origine du projet. Nous avons ensuite été reçus sur l’île par Kevin et sa femme Charlène qui ont tout quitté pour rejoindre l’affaire au début de l’été. Pour la petite histoire, ils ont décidé de quitter leur travail pour s’associer à l’eco-resort suite à des vacances passées sur place ! Nomads Land est basé sur une île de moins de 10 habitants à quelques kilomètres seulement de la côte cambodgienne. Cette…

Lire la suite

Dans un contexte de développement massif du tourisme lié au trek, KEEP est une ONG népalaise, qui depuis 1992 travaille sur la protection de l’écosystème et sur la conservation de l’héritage culturel du Népal. L’ONG est la seule organisation qui à l’échelle du Népal peut agir sur l’industrie du tourisme au niveau politique. Une volonté de faire bouger les choses Depuis 20 ans, ils mettent en place chaque année plusieurs programmes dans le but de cadrer leurs actions. Leur principale mission est d’éduquer les touristes, les populations locales et les professionnels au tourisme durable. Leurs programmes découlent donc de ces 3 cibles. Pour les touristes, un centre d’information a été créé pour dispenser des cours sur la préservation de l’environnement. L’accent est mis sur la réduction des déchets, en effet le Népal compte environ 700 000 trekkers par an et la consommation de bouteilles plastiques équivaut à 4 bouteilles/jour/personne. De…

Lire la suite

L’Annapurna éco-village est né il y a 6 ans dans le village d’Astam proche de Pokhara au Népal, perché sur le haut d’une colline à 1600 mètres d’altitude. C’est Maladi qui nous a accueillis très gentiment et fait faire la visite de son lodge pas comme les autres. Elle et son mari ont décidé de donner une dimension plus écologique à leur lodge afin de lutter contre le superflu de déchets que le tourisme apportait dans ce bel environnement qu’offre le massif des Annapurnas. Depuis, ils mettent en place petit à petit plusieurs solutions qu’ils développent la plupart du temps seuls, mais qui contribue à rendre leur lodge le plus propre possible. Petit tour des installations L’Annapurna éco-village comprend un ensemble de petites solutions simples, mais efficaces. Premièrement, ils récupèrent les déchets organiques et les excréments humains pour créer du bio-gaz. Ce procédé est simple : les toilettes, ainsi que…

Lire la suite

Nous sommes allés à la rencontre de Varun Lulla, un éco-entrepreneur hors du commun. L’idée de Varun est de créer un centre de conservation dans la forêt de Gokarna (Karnataka, Inde) pour promouvoir la biodiversité. Titulaire d’un master en conservation, restauration, botanique et management du développement durable, Varun souhaite mettre ses connaissances au service de l’environnement, et ce, dans une démarche unique. La philosophie de Varun se résume à… non sa philosophie ne se résume pas, lors de notre question à propos des raisons qui l’on menées à un tel projet il nous a répondu: À vrai dire, je pense que la vie de chaque être humain correspond à 3 projets. Le premier est de partager et diffuser la paix et l’amour autour de soi. Le deuxième projet est un projet plus personnel répondant aux questions « Pourquoi suis-je sur Terre ? Quelle va être ma contribution ? ». Ce projet doit…

Lire la suite

7/7