11
Nov-2013

Centre for Development Communication, la gestion des déchets au service de l’humain, Inde

L’Inde et ses déchets, un constat accablant.

Le système de gestion des déchets en Inde est très désordonné et ne suit pas la croissance démographique exponentielle du pays. De plus en plus d’habitants et de plus en plus de déchets. Les gens ont pris l’habitude en Inde de jeter leurs déchets ménagers dans la rue créant ainsi un danger sanitaire sans précédent. C’est de ce constat alarmant que le Docteur Vivek S. Agrawal a eu l’idée de créer une structure permettant le ramassage des déchets pour améliorer les conditions sanitaires.

« Plutôt que de soigner les gens, il est préférable de prendre le problème à la source » nous confie le docteur lors de notre rencontre.

L’organisation d’une collecte des déchets, une mise en place dans le temps.

Le principe est simple, c’est l’organisation d’une collecte porte-à-porte des déchets ménagers contre rémunération. Cette collecte se fait à l’aide d’un agent, un «Swachta Doot» ou «Agent pour l’Assainissement » identifié par son nom, son poste et un uniforme pour valoriser le travail qu’il effectue. Cette valorisation est des plus importantes en Inde, en effet de par la structure sociétale en pyramide et le système de castes, ce sont uniquement les gens en bas de l’échelle qui doivent assurer les tâches d’assainissement.

Au commencement, les agents collectaient leurs déchets dans la rue et dans 500 maisons environ. Peu à peu, les gens se sont mis à garder leurs déchets au lieu de les jeter dans la rue, ce qui facilite le travail de ramassage. Chaque foyer reçoit environ 50 roupies par mois pour ses déchets, cela représente moins d’un euro, mais leur donne toutefois une valeur donc les gens s’en occupent. De ce fait, les gens entreposent leurs déchets chez eux et apprennent même le tri sélectif. La suite de la chaîne est l’acheminement des déchets par différents camions mis à disposition par la ville jusqu’à un point de stockage.

Le principe de cette collecte des déchets s’est vite étendu à d’autres villes indiennes, désormais on compte environ 8000 agents de collecte dans 15 villes. La volonté de Kanak Ressources Management est de répandre cette pratique au maximum et l’équipe travail continuellement sur plusieurs projets d’expansion.

Au niveau du financement, l’entreprise travaille sous forme de contrat avec les municipalités. Dans cet esprit, CDC a d’ailleurs formé avec IL&FS (Infrastructure Leasing and Financial Services Limited), compagnie privée indienne, Kanak Ressources Management Ltd. KRML est une entreprise sociale qui assure la gestion des déchets dans la ville de Nagpur, récompensée ville « la plus propre du pays » par le journal Times of India. L’idée est que pour atteindre la notion de durabilité des infrastructures, la communauté qui reçoit des biens ou des services doive les payer. De ce fait, ces biens ou services ont une valeur et de par un sentiment de propriété, les gens vont désormais les respecter. Ce modèle financier de recouvrement des frais sous forme de pollueur/payeur fonctionne très bien jusqu’à présent.

Un projet, mais une multitude d’effets positifs

La collecte des déchets présentée par Docteur Vivek Agrawal nous fait comprendre à quel point il est possible petit à petit de faire bouger les choses. Cette démarche est vraiment intéressante sur plusieurs points. Premièrement du point de vue de la santé, cette collecte conduit à une amélioration de la qualité de l’eau, car moins polluées par les percolats émanant des déchets ainsi qu’a une diminution du nombre de déchets vacants dans la rue et donc diminution de risque sanitaire. L’environnement lui aussi ne peut qu’applaudir cette démarche, qui s’en suit par un recyclage.

Par ailleurs, le système de ramassage crée de l’emploi, une source de revenue stable et une amélioration de statut social pour les classes les plus pauvres et exclues de la société : des milliers d’Indiens des castes les plus défavorisées travaillent désormais avec la certitude de faire un métier utile aux autres, valorisé et de pouvoir compter sur un salaire régulier tous les mois.

Une solution en développement constant

Ce système de récupération des déchets est adaptable à beaucoup d’autres villes en Inde. Cependant, le point d’amélioration serait la création d’un centre de recyclage associé pour finir cette chaîne. Pour le moment CDC sous-traite cette tâche, mais travaille au développement d’un centre de tri « test » qui servira ensuite de modèle.

Nous souhaitons également mettre en avant une autre fondation initiative de CDC, nommée Annakshetra. Le principe est simple, c’est de récupérer la nourriture restante après des cérémonies de mariage, de fêtes, et de restaurants pour minimiser la nourriture perdue et la redistribuer ensuite aux communautés locales dans le besoin.

La chaîne s’organise ainsi :
1 – Appel de la part des donateurs (Mariages, repas organisés, fêtes, restaurants, cantines scolaires et particuliers.).
2 – Arrivée du camion sur le lieu de la cérémonie.
3 – Collecte de la nourriture et conservation.
4 – Tests de la nourriture pour contrôler sa consommation.
5 – Appel aux bénéficiaires.
6 – Distribution de la nourriture (aux orphelins, sans abris, travailleurs, écoles et personnes démunies).
7 – Retour du camion au centre.

Annakshetra communique auprès des organisateurs de mariages et différents traiteurs pour trouver de la nourriture. Certaines collectes ont réussi à nourrir jusqu’à 8000 Indiens dans le besoin en une journée. Cette initiative est vraiment le genre d’organisation que nous souhaitons mettre en avant de par sa vision du recyclage de la nourriture.

 OLYMPUS DIGITAL CAMERA

5

 goûts / 0 Commentaires
Partager cet article:

Archives

> <
Jan Feb Mar Apr May Jun Jul Aug Sep Oct Nov Dec