06
Déc-2013

La spiruline, une algue comestible aux apports nutritionnels riches, développée sur les toits de la capitale – Bangkok, Thaïlande

Nous avons rencontré lors de notre passage à Bangkok, Derek Blitz, directeur technique de l’entreprise EnerGaia, qui développe la spiruline. Vieille comme le monde, cette algue miraculeuse constitue une alternative intéressante à la nutrition en étant bénéfique pour l’environnement.

La spiruline en quelques mots

La spiruline est une algue très riche en protéines, minéraux essentiels et vitamines, fournissant ainsi un régime nutritionnel exceptionnel. Consommée depuis la nuit des temps, particulièrement par les Aztèques, de plus en plus de pays la cultivent de par l’opportunité qu’elle représente.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Une startup au CŒUR du développement durable

L’entreprise EnerGaia a saisi cette opportunité il y a 5 ans en réfléchissant à la manière de fournir de la spiruline. Contrairement à ses concurrents qui produisent de la poudre de spiruline, l’entreprise travaille sur la manière de distribuer l’algue fraîche. Est ainsi née une gamme de pâtes contenant 15 % d’algues, consommable jusqu’à 3 semaines après récolte. L’idée d’EnerGaia va encore plus loin, car elle propose une solution alternative aux problèmes de nourriture et environnementaux des villes. En effet, la culture de l’algue nécessite peu d’espace et il est possible de la cultiver sur tous les toits-terrasses des villes. Ce mode de culture est un puits de CO2, c’est-à-dire que l’algue capte les rejets de CO2 pour se développer. En d’autres termes, cultiver les espaces urbains inutilisés tout en purifiant l’air est désormais possible.

Une culture optimisée

La culture de la spiruline EnerGaia s’organise à l’aide de plusieurs containers d’eau en plastique fermés par un couvercle et reliés ensemble par des tuyaux plastiques. L’eau circule de container en container en circuit fermé à l’aide d’une pompe de manière à limiter les risques de contamination tout en maîtrisant la consommation en eau.

OLYMPUS DIGITAL CAMERAAvant d’être introduite dans les containers l’algue est contrôlée au microscope et d’une manière générale des tests sont réalisés tout au long de la croissance. Celle-ci est très rapide, quelques semaines seulement sont nécessaires pour obtenir plusieurs kilos de spiruline. Bien qu’utilisée en tant que complément alimentaire (en raison d’un goût neutre), 6 grammes par jour suffisent à combler les besoins en apports nutritionnels d’un adulte.

La culture s’exerce à une température avoisinant les 30 °C et nécessite peu d’eau, contrairement à des cultures en terre. En effet, pour produire 1 kg de spiruline, seulement 15 L sont nécessaires contre 900 L pour un kilogramme de blé.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

On constate que la culture de spiruline répond aux problèmes d’urbanisation, de traitement de l’air et de nutrition. De plus, cette solution est adaptable à toute surface plane, le poids de la structure n’étant pas un problème. Autre avantage, la culture aurait tendance à refroidir la température du toit dû à l’utilisation de l’eau.

Un développement en plein essor

OLYMPUS DIGITAL CAMERAEnerGaia travaille continuellement sur la façon d’améliorer le procédé de fabrication dans le but de rendre compétitif le prix de 1 kg de protéine de spiruline avec le prix de 1 kg de protéine de viande. L’entreprise développe en ce moment un procédé pour sécher la spiruline grâce à l’énergie solaire et ainsi remplacer leur appareil électroménager actuel (un classique sèche-linge), bien trop gourmand en énergie.

L’entreprise fait également évoluer sa gamme en travaillant sur des innovations telles que les glaces à la spiruline et à la noix de coco ou aux fruits rouges.  Ceci dans le but de rendre plus attrayante la prise de spiruline et de faire accepter plus facilement aux consommateurs le fait de manger une algue.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

EnerGaia tente de développer ses ventes de spiruline, de par un réseau de distribution local dans un premier temps, pour ensuite étendre son marché au niveau national. Pour cela, l’entreprise doit agrandir sa production, leur stratégie étant de proposer aux entreprises industrielles un partenariat. En somme, EnerGaia proposera aux entreprises d’utiliser leurs rejets en CO2 et leurs toitures pour cultiver l’algue.

Notre analyse

En conclus,ion cette algue au fort potentiel est capable de grandes prouesses en impliquant les piliers du développement durable (économiques, environnementaux et sociaux). L’algue à un fort potentiel dans le domaine humanitaire, dans la lutte contre la malnutrition. Antenna, une ONG française l’a bien compris en produisant localement de la spiruline pour ensuite la distribuer aux enfants souffrants de malnutrition, notamment au Cambodge.

2

 goûts / 0 Commentaires
Partager cet article:

Archives

> <
Jan Feb Mar Apr May Jun Jul Aug Sep Oct Nov Dec