08
Nov-2013

NIF (National Innovation Foundation), pour la promotion et le développement d’innovateurs ruraux – Ahmedabad, Inde

nifNous avons eu vent des actions menées par cette fondation via Varun Lulla, l’éco entrepreneur que nous avions rencontré quelques jours plus tôt à Gokarna. Celui-ci nous avait vanté le travail colossal de NIF, et nous n’avons pas été déçus !
C’est Sanid Dilip Patil, manager en chef de la branche innovation qui nous a reçus dans son bureau, situé en périphérie de la ville. Avec beaucoup de rigueur, il nous a présenté la fondation, où environ 70 personnes travaillent actuellement. Celle-ci a été créée en 1989 par Anil Gupta. L’idée générale consiste à aller à la source des connaissances en rencontrant directement les inventeurs de principes novateurs, mais pas n’importe lesquels. À l’époque, ça n’était pas encore NIF il faut dire, mais plutôt ce que l’on appel encore aujourd’hui le réseau Honey Bee. L’objectif de celui-ci est de rechercher, détecter, puis aider au développement et à la diffusion d’innovations en provenance de populations rurales et traditionnelles de toute l’Inde. Le but : se diriger vers un monde plus durable, en sélectionnant des inventions bénéfiques à la fois à la population, mais aussi à l’environnement. Le principe phare de ce réseau, c’est d’aider en premier lieu l’inventeur de la solution, en lui fournissant un support institutionnel. Ainsi, le développement de sa solution novatrice ne se fait pas à son détriment. L’image de l’abeille qui butine le pollen pour faire son miel sans pour autant appauvrir la fleur représente tout à fait cette philosophie, d’où l’appellation « Honey Bee ».

Processus de suivi

NIF ne soutien que certaines solutions, sélectionnées suivant des critères précis. En premier lieu, il s’agit de déterminer si le système présenté entre dans les domaines soutenus par NIF. En effet, la fondation n’accorde son soutien qu’à des innovations bénéfiques à la fois pour la communauté, mais également pour l’environnement. Le cahier des charges est alors une solution dont l’impact global sur l’environnement est bénéfique. En second lieu, seules les nouvelles innovations, les réelles inventions, sont sélectionnées pour leur programme de soutien. Celles-ci ne doivent pas être soutenues ni supervisées d’aucune sorte que ce soit par une aide extérieure (entreprise, mécène, etc.). En troisième lieu, ne sont pas éligibles les personnes ayant reçu une éducation ou un passé professionnel en rapport direct avec le secteur de l’innovation proposée. La personne souhaitant le soutien de NIF est tout d’abord auditée pour présenter sa soi-disant innovation. Un véritable processus de vérification est alors mis en place pour s’assurer de la réelle innovation :

– recherches primaires sur internet
– recherches dans leur base de données
– analyse et recherches approfondies par un groupe d’experts dans le domaine spécifique de la soi-disant innovation
Si le système présenté a passé ces trois étapes avec succès, il s’agit alors d’une réelle innovation. Un second audit est alors planifié, cette fois pour que l’inventeur puisse présenter explicitement le type de soutien qu’il attend de la part de la fondation. En effet, il ne s’agit pas forcément de vouloir vendre en masse son produit pour s’enrichir, loin de là. Certains attendent par exemple une formation sur l’entrepreneuriat, ou la mise en relation avec une entreprise locale ou multinationale, d’autre la mise en relation avec un investisseur, ou encore un transfert de technologie à un entrepreneur qui lui s’occuperait du développement du système (après mise en place d’une redevance au bénéfice de l’inventeur), etc. Chaque solution est donc soutenue « de manière sur mesure » suivant le souhait de son inventeur, dans la mesure du possible. Dans le cas où l’innovateur a besoin d’un soutien financier, la solution majoritairement choisie est celle de l’emprunt. Des banques partenaires de la fondation proposent des prêts sur mesure, eux aussi en fonction de l’investissement nécessaire au développement de l’innovation et des revenus de son inventeur.

La structure de la fondation

Comme indiqué dans le paragraphe introductif, c’est initialement le réseau Honey Bee qui a été créé en 1989. Les solutions novatrices du pays tout entier avaient ainsi une chance de voir le jour, d’être développées et mis en valeur devant les populations, les entreprises et les investisseurs concernés. C’est alors que, devant le succès grandissant de ce réseau, son créateur Anil Gupta entra en contact avec le gouvernement central indien pour accroître le domaine public des brevets des innovations soutenus par Honey Bee. Ceci avec comme objectif final le paiement d’une compensation à l’inventeur versée directement par le gouvernement. Cette véritable révolution pour le réseau de soutien permettra à NIF de voir le jour en 2010, devenant un corps autonome du Département des Sciences et de la Technologie du gouvernement indien. Grâce à cette grande avancée, l’innovation peut être développée à moindre coût, sans redevances à verser, et ce, dans l’intérêt du plus grand nombre.
NIF est aujourd’hui composée de différents départements, qui ont évolué depuis la création du réseau Honey Bee en 1989. En voici présentation synthétique :

– Reconnaissance et Documentation : c’est via ce département que NIF détecte des innovations et des savoirs traditionnels en se déplaçant notamment dans les zones rurales où elles sont susceptibles d’émerger. C’est également ici que se déroule la première phase de certification, visant à vérifier qu’il s’agit bien d’une véritable invention, une fois après avoir documenté en détail le système avec l’aide de son prétendu inventeur. Ce département s’occupe de dévoiler, via le réseau Honey Bee, les détails sur l’innovation, en fonction de ce que son inventeur désire partager. Enfin, il organise des campagnes nationales permettant de détecter de nouvelles innovations. Les 9 campagnes qui ont déjà eu lieu ont permis la détection d’environ 174 000 idées novatrices et savoirs traditionnels.

– VARD (Valeur Additionnelle & Recherche et Développement) : c’est ce département qui s’occupe de vérifier en détail si la soi-disant innovation présentée est réellement une invention, qu’il ne s’agisse pas de plagiat, à l’insu ou non de la personne qui la présente. C’est dans ce département qu’interviennent les membres de GIAN (Grassroots Innovation Augmentation Network), institution qui gère l’expansion du réseau des innovateurs ruraux. Notre interlocuteur fait partie intégrante de cette institution. VARD s’occupe également de vérifier si un développement technique encore plus poussé de l’innovation présentée est possible, en faisant appel à son réseau d’experts. Certaines solutions sont même testées en laboratoires, une étude de marché primaire est réalisée pour d’autres. Il en ressort des prototypes optimisés, et un plan commercial initial développé pour ladite solution.

– Développement commercial & Start-up : cette section s’occupe du développement commercial des innovations soutenues. Une structure a été mise en place pour créer la chaine de valeur de chaque innovation, en accord avec les désirs de déploiement de l’inventeur. Elle s’occupe aussi de trouver des entrepreneurs désirant développer le système sur un plan commercial, pour que celui-ci passe du stade d’innovation locale au produit d’une véritable start-up. Des étudiants en commerce de tout le pays aident également au développement commercial de l’innovation, sous le sigle SCAI (traduit de l’anglais en « Club Étudiant pour le Développement d’Innovations »). Ces étudiants apportent leur aide en produisant des études de marché, des simulations financières, etc. NIF a déjà reçu depuis la mise en place de cette branche 5071 études de marché détaillées. Ainsi, NIF a contribué à la commercialisation de multiples produits, sur les 6 continents.

– Protection des Droits de Propriété Intellectuelle : c’est le département « juridique » de la fondation. Il s’occupe de mettre en place les brevets relatifs aux innovations. Depuis sa création, NIF a déjà publié 595 brevets en Inde, et une quarantaine à l’étranger.

– Technologie de l’Information et Dissémination : le grand travail de détection et de documentation réalisé par le département Reconnaissance et Documentation nécessite le stockage et la classification de toutes ces données. C’est le travail de cette section qui s’occupe de la création et de la mise à jour de la base de données des innovations et des connaissances traditionnelles détectées par NIF. Le principal défi de cette branche est l’approche plurilinguale de la fondation, de par le nombre colossal de différents dialectes à travers tout le pays, qui ici prend toute sa signification de par le milieu rural dans lequel elle évolue.

– GTIAF (Fond d’Acquisition d’Innovation Technologiques Rurales) : ce fond a été mis en place en 2012. Il a pour but de racheter les droits d’exploitations à l’innovateur, dans le but ensuite de déployer à bas prix ou gratuitement l’innovation à travers tout le pays, tout en aidant financièrement son concepteur.

– G2G (du rural au global) : ce département a pour but de mettre en place des partenariats technologiques entre des usines ou des agences marketing indiennes ou étrangères et les innovateurs.

Récompenses, promotion et développement créatif

Depuis quelques années, NIF India organise la « Compétition nationale bisannuelle pour les innovateurs populaires ». Des prix y sont distribués pour récompenser les meilleures innovations au niveau du pays tout entier. Des membres du gouvernement sont présents, et une enveloppe est remise aux gagnants, d’un montant compris entre 10 000 roupies et 750 000 roupies suivant la catégorie. Lors de cet évènement, les donateurs particuliers ou les organisations sont également remerciés. Le tout permet aux innovateurs de se faire connaître, et de trouver une partie de leur financement. Lors de la dernière édition, c’est l’actuel président de l’Inde, Pranab Kumar Mukherjee, qui a effectué la remise des prix. C’est dire la renommée de cet évènement au niveau national !

Mais le président ne s’arrête pas là dans son implication au développement de ces innovations rurales. Il prête également sa maison pour une exposition où une quarantaine de technologies sont exposées. Cela attire des investisseurs et businessmans en tout genre, et de nombreux contrats y sont signés. Un très bon point pour les innovateurs présents !

NIF organise également un évènement destiné aux enfants, appelé IGNITE. Il s’agit ici d’une compétition durant laquelle les enfants viennent exprimer leur créativité. Cette année, l’évènement a attiré 14 889 personnes venues de tout le pays pour y participer, ou simplement admirer la créativité de ces inventeurs en herbe.

NIF signe de plus en plus de partenariats avec des ministères ou des fondations étrangères ayant le même but qu’eux. On peut compter parmi ses associés la Malaisie, le Mozambique et le Zimbabwe. Ainsi, la base de données s’agrandit, il est plus facile de détecter de nouvelles innovations, et le partage d’informations se fait plus rapidement à l’échelle internationale.

Notre analyse

Depuis sa création il y a maintenant 24 ans, la structure a déjà supporté 170 000 projets, tous permettant l’amélioration du quotidien de communautés, avec un impact positif sur l’environnement. Agriculture, machinerie, process industriel, ménage, transport, stockage ou production d’énergie, réduction de la pollution, industrie, médecine, biodiversité, tous les domaines y sont représentés.
L’exemple concret d’un innovateur du nord-ouest de l’Inde, qui a développé lui-même la première éolienne composée de bambous et de tissu, représente bien l’opportunité pour celui-ci de mettre en valeur sa solution, alors qu’il n’avait initialement aucun savoir en entrepreneuriat. Une fois que la solution a été déclarée comme la première à avoir été conçue, l’inventeur a obtenu le soutien de la Fondation Alstom pour le développement de son produit.
Les mots suivants, prononcés par notre interlocuteur lors de notre rendez-vous, résument très bien la philosophie de la fondation : « Ce n’est pas parce que tu proviens d’un milieu rural que tu ne peux pas penser et inventer des choses. À partir du moment où tu as des pieds, des mains et un cerveau, tu peux développer ta créativité ».
NIF, c’est donc un groupe de personnes qui permet de mettre en valeur des solutions souvent très simplistes, mais à la fois très efficaces, qui permettent d’améliorer le quotidien de nombreuses personnes, tout en mettant en avant un respect prononcé de l’environnement.

2

 goûts / 0 Commentaires
Partager cet article:

Archives

> <
Jan Feb Mar Apr May Jun Jul Aug Sep Oct Nov Dec