15
Sep-2014

Une association communautaire pour permettre aux enfants de réfléchir, s’exprimer et agir en faveur d’un monde plus durable – Tierra y Valle, Pisco Elqui, Chili

OLYMPUS DIGITAL CAMERALors de notre entrevue avec l‘ONG Ania à Lima, Pérou, notre interlocutrice nous avait parlé de Pilar, une de ses amies ayant fondé une association dans un petit village chilien, qui nous intéresserait à coup sur. C’est finalement deux mois plus tard, à Viña del Mar, une station balnéaire située au nord de Valparaiso, sur la cote chilienne, que nous avons eu le plaisir de rencontrer Daniela Valenzuela, co-fondatrice de l’association « culturelle et environnementale » Tierra y Valle. Une rencontre qui nous a permis de découvrir la philosophie avec laquelle est dirigée cette association, une philosophie qui laisse une chance à tous de s’exprimer et à toutes les idées de se réaliser.

Une histoire d’enfance

Daniela et Pilar sont deux amies d’enfance. Toutes deux ont grandi à Pisco Elqui, un petit village situé dans le nord du Chili, juste en dessous du désert d’Atacama. Puis, après leurs études primaires, elles ont fait chacune leur vie ailleurs, revenant juste au village de temps à autre visiter la famille. Daniela, elle, est devenue architecte à Viña del Mar, tandis que Pilar a rejoint une ONG à Lima, Pérou. Cette association, il s’agit bel et bien d’Ania, que nous avions rencontrée deux mois auparavant. Pour rappel, Ania permet aux enfants de posséder un petit morceau de nature chez soi, à l’école ou sur un terrain de l’association, où ils font pousser trois plantes chacun, choisie par leurs soins. Une pour la nature, une pour une personne en particulier, et la dernière pour soi. L’enfant s’occupera de planter et de faire vivre son petit morceau de nature, qui lui-même peut être inclus dans un plus grand ensemble formé de multiples petits espaces. Ce programme est connu sous le nom de TiNi, ou encore Tierra de Niños (Terre des Enfants). Pour plus de détails, n’hésitez pas à consulter notre rapport en cliquant ICI. Pilar a passé deux ans de sa vie à travailler pour Ania. Elle est ensuite rentrée chez elle, dans son village d’enfance, avec la volonté de mettre en place une structure permettant notamment aux enfants des environs de posséder eux aussi leur petit morceau de nature. Mais pas seulement. C’est ainsi qu’est née Tierra y Valle.

Dans la vidéo suivante, en espagnol, vous pourrez voir Pilar ainsi que les enfants membres de l’association, présenter Tierra y Valle. Cette vidéo a été réalisée en l’honneur de leur victoire au concours Nestlé, où ils ont gagné le prix du jury, catégorie « meilleur projet social » en 2013 :

Une activité extra-scolaire qui séduit les (ex) enfants du village

Initialement, c’est en effet sur les bases du programme TiNi que Pilar souhaitait initier Tierra y Valle. Très vite, elle a réussi à se faire prêter un terrain par un habitant du village. Ainsi, elle a pu commencer à réunir quelques enfants intéressés par le programme proposé. C’est donc avec 8 enfants du village qu’a débuté l’aventure. Sur le terrain, après l’école ou durant le weekend, le groupe se réunissait pour créer un espace vert, un espace naturel où chacun peut faire pousser la plante de son choix, et devra ensuite s’en occuper. Initialement en friche, ce nouveau lieu de rencontres deviendra au fil du temps un nouvel espace où une biodiversité se met peu à peu en place. Cette petite communauté attire également de plus en plus d’enfants du village, et attirera par la suite une ancienne enfant de Pisco Elqui. Il s’agit de Daniela, à l’époque architecte à plein temps. C’est lors d’une visite à sa famille qu’elle croisera Pilar. Son amie de longue date lui dévoilera son programme avec les enfants, lequel séduira sur le champ l’architecte. Daniela se rend compte qu’elle aussi aimerait travailler avec les enfants, et mettre ses connaissances en terme de respect de l’environnement à la disposition de l’association. C’est ainsi qu’elle rejoindra Pilar, pour ensemble former les deux piliers de l’association, qui ne cesse de voir son nombre de membres augmenter chaque année. Aujourd’hui, le terrain consacré au programme TiNi occupe une surface de 800m², qui est entretenu par 70 enfants, et permettant à environ 120 enfants d’en profiter, comme un lieu de détente, de réflexion, de jeu et de découverte de la biodiversité. Chaque enfant se voit attribuer au minimum 1m² de terre pour son espace TiNi, en plus des parties communes à tous les membres de l’association.

Voici une vidéo doublée en anglais, où l’on aperçoit Pilar et les enfants en train d’entretenir leur parcelle de nature :

La gestion d’une forêt confiée aux enfants de l’association

Une fois le projet TiNi solidement mis en place par Tierra y Valle, les membres de l’association se sont alors penchés vers d’autres projets qui pourraient être mis en place dans la région. Après être entré en contact avec la Communauté Agricole « Estero Derecho », le projet BoNi a peu à peu pris forme. La communauté a en effet confié à l’association la gestion d’une forêt où se trouvent des arbres anciens. Bosque de los Niños (la forêt des enfants) permet aux enfants d’acquérir des connaissances et des savoirs-faire en terme de gestion d’un espace naturel, celui-ci comprenant notamment plus de 400 arbres récemment offerts par la CONAF (équivalent de l’ONF française). La forêt s’étale sur environ 10 000m², et est gérée par 26 enfants, secondés par quelques habitants du village. Cela permet à 2000 habitants des environs de pouvoir profiter d’une forêt bien entretenue tout près de chez eux. Mais cela permet aussi aux enfants de posséder un véritable lieu où ils peuvent agirent concrètement en faveur de l’environnement, en entretenant un espace de biodiversité riche à deux pas de chez eux.

La sensibilisation au respect de l’environnement réalisée par les enfants du village
Les enfants de Tierra y Valle sont en train de mettre en place une campagne de sensibilisation visant à terme à éliminer l’utilisation de sacs plastiques au village. Elle met en avant les avantages des « Eco-bags », ces sacs réutilisables qui ont vu le jour il y a quelques années en France. Mais ici au Chili, ce sont les enfants qui ont pris les choses en main, tentant d’incorporer le principe de réutilisation dans le quotidien des locaux. Ils jouent alors le rôle d’ambassadeur du développement durable, notion que nous retrouvons régulièrement dans le cadre de l’éducation environnementale. Voici la vidéo qu’ils ont tournée à l’intention des habitants du village. On y apprend notamment que les Chiliens consomment 250 millions de sacs plastiques par mois !

Des activités également pour les plus âgés

Les membres actuels de l’association ont entre 4 et 12 ans. Pilar et Daniela s’interrogent en ce moment sur des activités à destination des adolescents, de manière à ce que ces membres conservent leur conscience environnementale. Actuellement, elles se tournent vers les activités de plein air. Une d’entre elles nous a toute particulièrement séduite. Il s’agit d’organiser des camps de survie en pleine nature, lors desquels les participants, âgés entre 13 et 18 ans, devront évoluer le temps d’un weekend par exemple. Ils devront donc trouver et faire à manger, dormir et s’occuper, le tout dans le plus grand respect de l’environnement dans lequel ils évoluent. Ce respect va se développer de lui-même, du fait que leur survie dépend de ce milieu en question. Ils ne pourront pas polluer l’eau avec leurs déchets, car ils en auront besoin pour boire. Ils ne pourront pas couper tous les arbres, car ils en auront besoin pour conserver une biodiversité où se trouvera de quoi se nourrir. Etc. Une activité qui les rapproche encore plus de la nature, en leur permettant de mettre en pratique leurs acquis théoriques et de conserver la protection de l’environnement dans une partie de leur coeur.

Une méthodologie permettant à chacun de s’exprimer et de s’épanouir

Toutes ces différentes activités attirent de nombreux enfants, qui viennent volontairement, en dehors des heures de classe, consacrer leur temps libre au développement de la biodiversité et à la protection de l’environnement. Tous ces jeunes forment ainsi une véritable communauté, encadrés par simplement 3 adultes. Encadrés, oui, car il ne s’agit en aucun cas de diriger à proprement parler les activités, mais bien seulement de guider les enfants en les laissant au maximum libres de faire leurs choix, de prendre leurs propres décisions. C’est sur cette philosophie que sont basés les principes de Tierra y Valle. Ainsi, les enfants se responsabilisent, étant maîtres de leurs décisions et des conséquences qui en découlent. Avec la confiance en eux-mêmes qu’ils développent, ils pensent pouvoir changer les choses à l’avenir. Daniela nous confie qu’ainsi, les enfants les plus turbulents, et ceux catégorisés comme « cancres » à l’école, se retrouvent la majorité du temps comme les membres les plus actifs et impliqués de l’association. Les professeurs du village n’en reviennent pas. Un constat qui en dit long sur l’importance de la méthode appliquée avec les enfants…

Un cercle de travail pour développer ensemble les idées de tous

Voyant une véritable communauté où chacun se sent libre de s’exprimer et se former grâce aux différentes activités de leur association, les deux amies ont alors décidé de mettre en place un « cercle de travail ». Il s’agit d’une activité lors de laquelle tous les membres d’association se réunissent, formant un cercle où tout le monde se retrouve finalement au même niveau que son voisin. Durant ce temps particulier, un thème est présenté brièvement par un adulte, autour duquel les enfants vont pouvoir s’exprimer. S’exprimer est en effet le maître mot du cercle de travail. Même les plus timides osent ouvrir leur bouche pour révéler ce qu’ils ont en tête, leur permettant de prendre peu à peu confiance en eux-mêmes. Les enfants y apprennent à s’exprimer, mais aussi à écouter et à débattre, dans le plus grand respect des autres.
À la fin de chaque cercle ou de chaque activité, les enfants joignent leurs mains et crient ensemble le nom de l’association. Cela permet de souder les membres entre eux, pour renforcer une fois de plus l’esprit communautaire qui règne chez Tierra y Valle.

Notre analyse

Aujourd’hui reconnu par l’UNESCO comme outils d’éducation pour le développement durable, l’ensemble des projets mis en place par Tierra y Valle est une référence nationale en terme d’éducation environnementale. Mais il ne s’agit pas seulement des pratiques inculquées, il s’agit aussi et surtout de la philosophie à travers laquelle est transmis le message. Une philosophie qui accorde sa chance à tout le monde, où chacun apprend à s’exprimer et écouter les autres. Avec les années, c’est un groupe important d’enfants de la région qui s’est développé, avec un très fort esprit communautaire, lequel rassemble tous les membres autour d’un même but : promouvoir les valeurs et pratiques du développement durable dans leur entourage.
Une véritable source d’inspiration !

Si vous êtes intéressés par cette association, sachez que Tierra y Valle recherche régulièrement des volontaires pour les aider au développement de leurs projets, avec les enfants comme les adolescents.
n’hésitez pas à les contacter !

0

 goûts / 0 Commentaires
Partager cet article:

Archives

> <
Jan Feb Mar Apr May Jun Jul Aug Sep Oct Nov Dec